Chaîne et transmission : quand l’entretien va, tout va

0
3741

Lubrifiée et bien entretenue, la transmission est essentielle pour le bon fonctionnement d’un VTT. L’hiver étant la saison de la remise en état du matériel, voici un rappel des étapes à ne pas oublier.

Une transmission propre et en bon état avant tout

Avant l’entretien, il faut vérifier l’état des différents composants. Chaine usée ou impactée, dérailleur endommagé, toutes ces pièces doivent être changées si elles présentent des signes d’usure ou des risques de casse. Et mieux vaut les changer chez soi tranquillement, qu’en urgence et dans de mauvaises conditions. Être obligé de raccourcir une chaîne à cause d’un maillon cassé n’est pas forcément facile en pleine forêt, les mains dans la boue et les doigts gelés.

 

Un indicateur d'usure de chaîne comme le Park Tool CC-3.2 permet d'évaluer l'état d'usure de sa chaîne.  © Park Tool
Un indicateur d’usure de chaîne comme le Park Tool CC-3.2 permet d’évaluer l’état d’usure de sa chaîne.
© Park Tool

L’usure de la chaîne se mesure avec un outil spécifique (voir photo). Insérez les pattes entre les maillons et mesurez le jeu, s’il est important, il est nécessaire de remplacer la chaîne. De même si vous remarquez des dents ou des accrocs sur les maillons, le changement des maillons concernés est recommandé, voire de la chaîne complète.

L’usure du dérailleur n’est vérifiable qu’à l’œil nu. Pièces cassées ou endommagées sont faciles à repérer. Là aussi, tout sera question de l’importance des dommages et de la nature des pièces. Il est souvent plus avantageux de changer le matériel que de bricoler des rajouts qui risquent d’altérer le rendement du dérailleur ou, pire, d’entraîner des pannes à répétition.

Ensuite, vérifiez l’état de propreté des différents organes. Il ne sert à rien de lubrifier une chaîne ou un dérailleur sales. Si la chaîne est chargée de particules amalgamées avec de l’huile, un nettoyage complet s’impose. Pour cela, trois méthodes pour obtenir un résultat optimal :

  • Démonter la chaîne puis la laisser tremper une nuit dans de l’essence F ou un dégraissant spécial. Le lendemain, après un rinçage à l’eau et au chiffon, la chaîne est propre et prête à être remontée.
  • Si vous ne souhaitez pas démonter votre chaîne, vous pouvez aussi pulvériser un dégraissant spécial transmission (type dégraissant WD40 Bike) directement sur les maillons. Après l’avoir laissé agir quelques minutes, brossez avec un pinceau dur ou une brosse à dents pour désincruster la saleté. Terminez avec un rinçage à l’eau clair et un coup de chiffon pour sécher les maillons.
  • Enfin, la méthode la plus efficace, mais aussi la moins économique, consiste à utiliser un nettoyeur de chaîne comme le Muc Off X3 Dirty Chain Cleaner. Cet appareil que l’on installe sur le chaîne, fait passer les maillons dans différentes brosses tout en diffusant du dégraissant. Quelques secondes plus tard votre chaîne est comme neuve.
Nettoyer-chaine-vtt
L’utilisation d’un nettoyeur de chaine permet d’obtenir une chaîne propre en peu de temps

Pensez également à nettoyer votre dérailleur en utilisant une fois de plus un dégraissant spécial et une brosse. Insistez particulièrement au niveaux des roulements de galets. Au besoin, n’hésitez pas à démonter la cage de votre dérailleur pour sortir les galets. Vous pourrez ainsi y accéder plus facilement.

Nettoyez également votre dérailleur avant (si vous en avez un) ainsi que votre pédalier. Mais faites attention à ne pas pulvériser trop de dégraissant autour du boîtier de pédalier. La lubrification de ce dernier pourrait être altérée et il vous devrez alors le démonter pour le regraisser.

La lubrification, une étape pas aussi simple que ça

Une fois la transmission nettoyée, il est temps de passer à la lubrification. Appliquez de l’huile sur la chaîne, en commençant sur la ligne du bas, à proximité du pédalier. La méthode la plus efficace consiste à déposer une goutte d’huile sur chaque rouleau pour permettre à l’huile d’atteindre toutes les pièces en mouvement. Une fois l’huile appliquée sur la chaîne, pédalez en sens inverse pendant quelques secondes pour que l’huile se répartisse bien. Terminez en laissant filer la chaine dans un chiffon pour essuyer l’excédent.

entretien-transmission-vtt
Une goutte sur chaque rouleau suffit à lubrifier efficacement une chaîne

Selon la saison, choisissez une huile toutes conditions, spéciale temps sec ou au contraire temps humide si vous sortez votre vélo sous la pluie. Ne négligez ni la qualité ni le type d’huile utilisé. En effet, une huile pour temps sec ne tiendra pas sur la chaîne si vous roulez par temps de pluie. A l’inverse, une huile pour mauvais temps sera trop collante et amalgamera beaucoup de poussière si vous roulez sur des chemins secs. Dans le doute, ou pas souci d’économie, une huile tous temps comme la Pedro’s Chain J conviendra aussi.
Lubrifiez ensuite le dérailleur en appliquant une goutte d’huile aux différents points de contact en mouvement. Actionnez ensuite le dérailleur à la main pour faire pénétrer l’huile puis essuyez l’excédent.
Déposez ensuite une goutte d’huile de chaque côté des galets de dérailleur. Si votre VTT est sur un pied d’atelier, pédaler normalement en passant les vitesses pour bien répartir l’huile sur toutes les pièces en mouvement.

pedro's chain j
Une huile toutes conditions est bien souvent suffisante

Terminez en déposant une goutte d’huile au niveau de la sortie du câble dans la gaine. En plus de faciliter le passage des vitesses, cette opération permet de diminuer l’usure du câble à cet endroit.

Pour le dérailleur avant, une goutte d’huile au niveau des points de contact entre les pièces en mouvement est suffisante. Comme pour le dérailleur arrière, déposez une goutte d’huile à la sortie du câble afin de faciliter son passage dans la gaine.

Quelle fréquence ?

La fréquence d’entretien de la transmission est une question récurrente. Le bon sens doit l’emporter car tout dépend du nombre de sorties et de l’état des chemins.

En général, il est recommandé d’entretenir sa transmission après chaque nettoyage à l’eau. Une simple application d’huile permet alors de maintenir la lubrification de la chaîne et des dérailleurs. Durant l’été, si les chemins sont secs et que vous ne lavez pas votre vélo à chaque sortie, une lubrification toutes les deux ou trois sorties sera suffisante.

Le nettoyage de la transmission, plus coûteux en temps, peut être espacé. Là aussi, le rythme des nettoyages sera avant tout imposé par le nombre de sorties et l’état des chemins.

Ces quelques conseils de bon sens vous permettront de conserver une transmission fluide et efficace. Le but étant de pouvoir retrouver à chaque sortie un VTT aussi efficace et agréable que le jour de son achat. Bien évidemment, tout ne repose pas sur la transmission et de nombreuses autres pièces doivent être également entretenues régulièrement. Freins, roues, fourche, amortisseur et autres roulements faire l’objet d’un plan d’entretien. Et si toutes ces opérations ne vous inspirent pas, n’oubliez pas que la plupart des magasins de VTT proposent des forfaits entretien pour une somme allant de 80 à 200 euros en fonction des opérations à effectuer. Incontestablement, le travail sera bien fait. Mais vous n’aurez pas ce supplément de plaisir qui consiste à préparer son matériel en vue des sorties à venir et à se dire : « c’est moi qui l’ai fait ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here