By-bike, acte 2: du changement

0
738

Comme pour un « vrai » magazine papier, j’ai décidé de commencer une nouvelle saison de www.by-bike.fr avec un édito. Un édito qui me permet de vous expliquer pourquoi cette pause d’un an et demie alors que le site ne fonctionnait pas trop mal.

Derrière les looks « à la cool », les fins de journée arrosées à la bière sur les stands de salon ou la bonne humeur apparente, le milieu du VTT est en fait constitué de véritables requins. En effet, j’ai été fortement déçu par le comportement de certaines marques, cherchant désespérément des journalistes ou blogueurs influençables pour dire du bien de leurs produits coûte que coûte. Sur www.by-bike.fr, j’ai toujours cherché à être juste, à dire du bien d’un produit s’il le mérite sans hésiter à aborder ses aspects négatifs. Car je suis comme vous, lorsque j’achète un gommard à 60€, j’espère ne pas être déçu par la marchandise. Et que dire d’un VTT à plus de 3 000€… Et puis comme vous, je trouve que 150€ dans un short, ça fait cher, surtout si on le détruit au bout de 5 sorties !

En 2 ans, j’ai testé pas mal de produits. Certains m’ont beaucoup plus comme l’Orbea Rallon que j’ai d’ailleurs décidé d’acheter quelques mois plus tard l’avoir testé. D’autres au contraire m’ont déçu, pour diverses raisons. Le problème, c’est que le milieu du VTT vous incite fortement à ne pas le dire sous peine de se faire « boycotter » par la marque incriminée et toute sa bande de copains. Souvent cela se limite à une bonne discussion au téléphone, mais cela peut aller jusqu’à la violence physique et verbale, comme ce fut le cas pour moi au seul Eurobike auquel j’ai participé.


Eurobike 2014, en quelques secondes

Il y a aussi la pression des marques qui souhaitent avoir tout dans l’instant. Ainsi, une marque m’avait demandé de tester un sac à dos pendant l’automne. Malheureusement, la météo était alors capricieuse et même si le sac avait été éprouvé, il m’était impossible de m’organiser avec mon ami photographe pour prendre quelques photos qui ne soient pas sous la pluie, le sac couvert d’une belle boue liquide peu vendeuse. Eh bien croyez le ou non, mais cette justification m’a valu de sérieux ennuis. L’on m’a expliqué que les « vrais » pros vont dans le Sud pour prendre des photos et ainsi éviter le mauvais temps. Je n’avais qu’à faire la même chose.

Enfin, il y a eu les lecteurs qui pensaient que je vivais grâce aux gros chèques envoyés par les marques pour dire du bien de leurs produits. A ceux-là, je ne répondrais qu’une chose : le seul cadeau qui m’a été fait pas une marque (Trickstuff en l’occurrence) fut un bidon d’eau et quelques stickers.

Au final, tous ces éléments mis bout à bout m’ont dégoûté du VTT. Ce sport qui était devenu un moyen de me vider la tête était devenu un calvaire. Plus de sorties pour le fun, ni de sorties entre amis.

Pour 2017, www.by-bike.fr change de registre. Fini les contacts avec les marques, la course aux communiqué de presse, les heures à négocier pour un test qui ne se fera finalement jamais. Je vais maintenant me mettre dans la peau d’un simple vtt-tiste, comme vous tous. Les seuls produits que je testerais seront ceux que je me serais payé, facture à l’appui. Je ne vais donc plus hésiter à dire ce que je pense vraiment d’un produit ou du marché du vélo en général. Ce sera d’ailleurs le sujet de mon prochain article.

SHARE
Previous articleMichelin Wild Grip’r Advanced : polyvalent et sécurisant
Vtt, alpinisme, escalade, la montagne c'est son domaine. Militant pour son respect, il crée www.by-bike.fr pour communiquer sur le VTT en montagne et tester le matériel sur les plus beaux chemins de Haute-Savoie.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here